LEGENDE POKEMON: KALOS L\'UNIVERS DE X ET Y

LEGENDE POKEMON: KALOS L\'UNIVERS DE X ET Y

688 689 Opermine, Golgopathe: Melange de Pedunculata et khamsa La main de Fatima

Opermine, Golgopathe sont Melange de Pedunculata et khamsa La main de Fatima.

https://static.blog4ever.com/2013/01/727455/688.pnghttps://static.blog4ever.com/2013/01/727455/689.png

Les Pédonculés (Pedonculata) forment un ordre de crustacé cirripède. Ce sont des microphages filtreurs qui vivent fixés à un support par l'intermédiaire d'un pied appelé pédoncule. Les cirripèdes (initialement orthographié cirrhipèdes) sont un groupe d’animaux, tous marins, appartenant au sous-phylum des Crustacés. Ils partagent donc un certain nombre de caractères fondamentaux avec des organismes comme le homard, les crabes ou les cloportes dont ils sont en apparence très différents sur le plan morphologique.

La khamsa ou khomsa, nom provenant du mot arabe (خمسة) désignant le chiffre cinq, est un symbole utilisé comme amulette, talisman et bijou par les habitants du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord pour se protéger contre le mauvais œil1.
Il est également appelée couramment main de Fatma ou main de Fatima.

FATMA.png

La khamsa est une sorte de « main protectrice » ou de « main de Dieu ». Certains associent le signe des cinq doigts aux cinq piliers de l'islam pour les sunnites ou aux cinq du manteau (Ahl al-Kisa) pour les chiites ou dans les deux cas les 5 versets de la sourate Al-Falak du Coran qui aurait comme effet de protection. Cette symbolique a sans doute évolué dans le temps au regard des preuves archéologiques suggérant que la khamsa a précédé la naissance des deux religions. En effet, ce symbole existait dans la religion punique où il était associé à la déesse Tanit. Récemment, des promoteurs de la paix au Moyen-Orient ont choisi de porter la khamsa comme symbole d'une communauté d'origines et de traditions entre islam et judaïsme.
Les doigts pointent vers le haut ou vers le bas selon les goûts ou la décoration qui y est associée.

La khamsa est essentiellement répandue dans le monde nord-africain et se voit vendue sous différentes formes, en particulier en Algérie, en Égypte, au Maroc et en Tunisie. Elle est souvent peinte sur les façades des maisons et des plaques, souvent réalisées en céramique de couleur turquoise, sont très communes dans l'Égypte moderne. Toutefois, beaucoup de nord africains, chrétiens ou musulmans, la considèrent simplement comme un symbole de superstition : ils pensent que Dieu seul les protège et que la khamsa peut être interprétée comme un totem lié à de l'idolâtrie, ce qui constitue un péché majeur dans l'islam.

 

 

Pouvons nous voir dans ce pokemon Le syndrome de la main étrangère, en englaisAlien Hand Syndrome (AHS), est une affection neurologique rare, parfois également appelée « syndrome de la main anarchique », « syndrome du Dr Strangelove » (traduit et adapté en français : « syndrome du docteur Folamour ») ou « syndrome de la main capricieuse », provoquant chez les personnes qui en sont atteintes des mouvements incontrôlables de la main qui semble dirigée par une volonté externe.

La première description a été publiée en 1908 en allemand par le neuropsychiatre Kurt Goldstein. Il y décrivait une femme droitière qui avait subi un accident vasculaire cérébral entraînant une paralysie de son hémicorps gauche, dont elle avait partiellement récupéré au moment où elle était vue. Toutefois son bras gauche semblait appartenir à quelqu'un d'autre et réalisait des actions motrices qui semblaient indépendantes de sa volonté.
La patiente se plaignait d'un « sentiment d'étrangeté » dans sa relation aux mouvements déterminés de sa main gauche et insistait, déclarant que « quelqu'un d'autre » bougeait sa main, et qu'elle ne la commandait pas elle-même. Goldstein rapportait dans ses conclusions : « elle fut initialement considérée comme paranoïaque. » Quand la main gauche saisissait un objet, elle ne le réalisait pas consciemment. La somesthésie de l'hémicorps gauche était altérée, notamment en ce qui concerne l'orientation du bras dans l'espace. Quelques mouvements spontanés impliquant la main gauche étaient observés, comme ceux de s'essuyer le visage, se frotter les yeux, mais étaient relativement peu fréquents. Ce n'est qu'au prix d'importants efforts qu'elle réussissait à effectuer des mouvements simples selon des instructions données, et ces mouvements étaient accomplis avec lenteur, souvent incomplètement, même si ces mêmes mouvements avaient été précédemment réalisés involontairement avec une relative aisance, dans un mode de contrôle « étranger ».



01/11/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi